Denis Wetterwald

L'homme n'est que poussière, c'est dire l'importance du plumeau

 

D’après les chroniques d’Alexandre Vialatte.

 

Sur un quai de gare, entre valises et pendule, entre temps arrêté et temps qui passe, un étrange voyageur se souvient des amis disparus.

 

Refusant de se laisser envahir par une trop sombre nostalgie, il médite à haute voix sur la vie, la femme, la grammaire et le gypaète barbu.

 

A travers eux, l’auteur et le comédien ne cessent de traquer l’homme, animal métaphysique, petit grain de poussière d’où… l’importance du plumeau.

 

Les avis

Plus vrai que nature, il est la voix de Vialatte telle qu’on l’imagine. Si vous aimez ces plaisirs fins, allez écouter Denis Wetterwald.

 

                                                  Pierre Marcabru Le Figaro

 

Pour ceux qui ignorent l’auvergnat, c’est une excellente initiation. Pour ceux qui le pratiquent comme une gymnastique, c’est étonnant.

 

                                         Libération Jean-Pierre Thibaudat

 

Grâce à Denis Wetterwald, le vialatte parlé prend une nouvelle dimension et ses images une saveur particulière. Précipitez-vous !

                                                                     Pierre Daninos