L'OMELETTE DE BIZET

« Voici l’omelette! »

Les amateurs d’opéra et même ceux qui ne s’y connaissent guère peuvent entonner les grands airs de l’opéra Carmen. Bien avant d’avoir mis en musique cette histoire d’amour, en 1875, Georges Bizet avait composé plusieurs opérettes. En 1857, âgé d’à peine 19 ans, il participe à un concours organisé par Jacques Offenbach. Celui-ci avait proposé aux compositeurs de mettre en musique un livret de Léon Battu et de Ludovic Halévy, Le Docteur Miracle. Soixante-dix relèvent le défi. Le premier prix est accordé ex æquo à Georges Bizet et à Charles Lecocq (1832–1918). Les représentations de la version de Bizet ont lieu les 8 et 9 avril 1857 et le public apprécie suffisamment l’œuvre pour qu’on la reprenne 11 fois durant les semaines suivantes. L’opérette dort ensuite plusieurs années, avant d’être montée à nouveau en 1951. La version de Lecocq semble, quant à elle, être tombée dans l’oubli.

http://www.youtube.com/watch?v=ISWdacwfzac

LE DOCTEUR MIRACLE

Opéra-comique en un acte de Georges Bizet (1838-1875)
Livret de Léon Battu et Ludovic Halévy


" Une pièce légère et distrayante, véritable remède contre l'ennui. "
La Marne

Pour beaucoup, Bizet, c'est Carmen.

Pourtant, en 1856, l'auteur de l'opéra le plus joué au monde, âgé alors de 18 ans, participe à un concours organisé par Offenbach.

Il s'agit d'écrire un opéra sur un livret de Battu et Halévy (futur co-auteur de Carmen).
Ce sera "Le Docteur Miracle".

Cette pièce particulièrement plaisante, sur le modèle de la farce italienne ou de l'intrigue d'opéra comique, culmine avec la scène du "quatuor de l'omelette", chef-d'œuvre du genre bouffe.

   

Synopsis

Padoue, au début du XIXème siècle.
Laurette, la fille du podestat (le maire de la ville), est amoureuse du Capitaine Silvio.
Mais son père ne supporte pas les militaires...

Silvio, déguisé, se fait embaucher comme domestique chez le podestat.
Ce dernier lui confie la mission de surveiller Laurette et de donner une correction à tout militaire qui oserait s'approcher d'elle.

Sous le nom de Pasquin, le nouveau domestique sert au podestat, à sa seconde et toute jeune femme Véronique et à Laurette une prometteuse omelette.
Elle a pourtant un goût si étrange que seul le podestat en mange.

Pour en faciliter la digestion, il part se promener en compagnie de Véronique, laissant Laurette à la garde de Pasquin.

Celui-ci se démasque et les deux amoureux tombent dans les bras l'un de l'autre... au moment où le podestat rentre de promenade. Pasquin-Silvio est mis à la porte.

À ce moment, le podestat reçoit une lettre de Silvio, qui l'informe de sa vengeance : l'omelette était empoisonnée.
Dans l'affolement, on a recours au médecin ambulant qui passait sous la fenêtre.
Il propose un antidote au poison en échange de la main de Laurette…

  Recette de base

Comptez 2 œufs par personne. Battez-les avec 1 ou 2 cuillerées à table d’eau. Dans une poêle antiadhésive, faites fondre 1 noisette de beurre ou chauffer 1 cuillerée à table d’huile d’olive. Versez-y d’un coup les œufs et faites cuire doucement jusqu’à ce que les bords soient pris, mais que le centre soit encore moelleux. (Rappelez-vous qu’il est toujours plus aisé de cuire à la perfection plusieurs petites omelettes plutôt qu’une seule grosse.) Pliez l’omelette, si désiré, et servez aussitôt.

  Les garnitures.: du simple à l’audacieux

L’inspiration vous guidera sans doute pour garnir cette omelette. Vous pouvez ajouter à la préparation de base du fromage râpé, des fines herbes, des oignons et des pommes de terre, des champignons, du jambon, des poivrons doux, des asperges, des tomates, du brocoli, des haricots mexicains ou du sirop d’érable.